List  Autres projets
Padlock  Connexion sécurisée
Padlock  Outils

Autre projets

Rapport sur l’année polaire internationale

Le CCCSF a participé à trois projets de l’Année polaire internationale (API) depuis le lancement officiel de l’API en mars 2007. Le premier projet intitulé « Résilience des populations de caribous et de rennes : validation et application de la technique du papier-filtre pour évaluer l’exposition aux pathogènes », continue d’évaluer l’utilisation des prélèvements sanguins sur papier-filtre en tant que méthode de suivi par les communautés de la santé des caribous dans le nord du Canada. Le second projet, « Réseau circumarctique de contrôle et d’évaluation des caribous (CARMA) : incidences sur les systèmes humains/Rangifer dans l’Arctique circumpolaire » est un projet international et multidisciplinaire pour établir le statut actuel des systèmes humains-Rangifer et pour évaluer la résilience de ces systèmes. Le troisième projet, « engager les communautés dans le suivi des zoonoses, la salubrité des aliments en région et la santé de la faune », est mené par le Centre de recherche du Nunavik à Kuujjuaq au Québec et se concentre sur cinq pathogènes zoonotiques principaux dans la faune arctique.

Ces projets offrent la possibilité aux communautés de tester leur propre nourriture et de communiquer les résultats localement, et d’effectuer une surveillance générale de la santé et des maladies des animaux sauvages. Du matériel éducatif a été développé, incluant une vidéo de formation des chasseurs, le Rangifer Anatomy Project, qui intègre les connaissances scientifiques et traditionnelles sur les caribous, des programmes dans les écoles locales, et de l’expérience pratique en intégrant les observations locales, le prélèvement d’échantillons et le suivi scientifique. En plus de programmes et matériel éducatifs locaux, les projets ont ouvert des opportunités de formation et de projets pour les étudiants au premier cycle et aux cycles supérieurs dans plusieurs universités.

Les projets continuent à examiner la diversité des pathogènes et les effets des changements climatiques sur les caribous et les espèces sauvages nordiques, ainsi qu’à examiner l’effet de cette information sur la santé globale des populations animales et humaines.

La rage du raton laveur au Québec

Le CCCSF est impliqué, conjointement avec le Gouvernement du Québec et l’Agence canadienne d’inspection des aliments, dans un programme de surveillance conçu pour détecter et suivre la propagation de la souche du virus de la rage chez le raton laveur dans la province du Québec.

Plusieurs ratons laveurs et moufettes rayées enragés ont été détectés grâce à ce programme.

Les résultats de ce programme de surveillance ont aidé à cibler certaines régions pour des mesures de contrôle telles que la réduction de la densité d’animaux vecteurs de la rage et des programmes de vaccination chez les ratons laveurs sauvages. De plus, des campagnes de prévention publiques peuvent être dirigées vers les régions où cette zoonose est plus prévalente.

Maladies épidémiques des cormorans à aigrettes

Une étude à long terme des maladies épidémiques dans une très grande colonie de cormorans à aigrettes dans la forêt boréale du sud de la Saskatchewan a été réalisée par le CCCSF depuis 1994. La taille de la colonie a varié de 11 000 à 4 000 couples reproducteurs durant l’étude avec une moyenne de 7 300 couples. Une mortalité épidémique à grande échelle, qui a tué de 30 à 60% des oisillons, s’est produite dans la colonie à la fin de l’été pour onze des seize années de l’étude, avec une fréquence des épidémies augmentant avec le temps. Deux maladies très différentes ont été responsables de ces épidémies : la maladie de Newcastle, une maladie virale importante pour la volaille, et le choléra aviaire, une maladie bactérienne qui affecte plusieurs espèces d’oiseaux sauvages. Le suivi se continue afin de déterminer quels effets cette mortalité annuelle élevée peut avoir sur la colonie à long terme.

Mesure du stress à long terme et de la santé des écosystèmes

Les gestionnaires des ressources doivent comprendre les impacts des changements de paysage causés par l’humain sur les populations d’animaux sauvages afin de prendre des décisions éclairées concernant l’utilisation des ressources et la conservation. Ce projet de recherche a pour but de déterminer les relations entre la structure du paysage et ses changements et la santé des populations de grizzlys dans les collines au pied des Rocheuses afin de guider et de faciliter la gestion du paysage. L’hypothèse de travail est que les effets négatifs des changements de paysage sur les populations de grizzlys sont principalement dus aux conséquences d’un stress physiologique à long terme chez les ours individuellement. La compréhension des mécanismes sous-jacents est critiques pour les gestionnaires des ressources afin d’assurer la conservation de cette espèce au statut préoccupant. Les objectifs de cette recherche sont : (1) améliorer les outils géographiques pour le suivi de la structure de l’environnement en insistant particulièrement sur la détection des changements susceptibles d’avoir des effets négatifs sur la santé des grizzlys locaux, (2) développer une technique de détection du stress physiologique à long terme chez les grizzlys, (3) déterminer les liens entre le stress physiologique à long terme et les autres indicateurs de santé (longévité, croissance, reproduction, immunité et activité) du grizzly, (4) établir des liens entre les profils de santé individuels de grizzlys et les changements et la configuration du paysage sur leur territoire en concordance avec un indice de l’utilisation de ce territoire par l’humain. Des cartes détaillées reliant la structure de l’environnement à la présence des grizzlys et à leur santé sont en développement. Ces cartes, en combinaison avec les modèles prédictifs des impacts des changements paysagers, vont permettre aux gestionnaires des ressources de mieux comprendre la santé des grizzlys et leur utilisation des ressources, ainsi que la réponse des grizzlys aux activités humaines afin de mettre en application des prises de décision de gestion du territoire plus appropriées. Bien que cette recherche se concentre sur une seule espèce et son environnement, l’importance et les applications de celle-ci sont beaucoup plus larges. L’équipe de recherche développe une nouvelle approche pour évaluer et suivre les effets des modifications du paysage sur la santé des populations d’animaux sauvages. L’approche et les outils développés pourront sans doute être utilisés chez d’autres espèces à risque et, de façon plus globale, pour une meilleure conservation des populations d’animaux sauvages.

Rangifer Anatomy Project

Le Rangifer Anatomy Project a commencé en 2008 en tirant parti de notre travail à long terme avec les chasseurs du Nord et les biologistes du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Nous intégrons l’information scientifique avec les connaissances traditionnelles des anciens et des chasseurs des communautés du Nord afin de voir l’anatomie du caribou à travers leur regard. Cette interaction permettra aux scientifiques de partager leurs connaissances, d’avoir une idée des besoins des utilisateurs et amènera des opportunités pour regrouper des informations sur les usages traditionnels du caribou grâce aux chasseurs denes, inuits, crees et métis, jeunes et âgés, participant au projet. Les résultats seront communiqués à la fois sur internet et sur papier en utilisant des formats conçus pour les scientifiques, les étudiants, les jeunes et les chasseurs.

Le projet est financé par le Réseau circumarctique de contrôle et d’évaluation des caribous, le Centre pour la santé des Inuits et les changements environnementaux, le programme PromoScience du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada et le département de santé des écosystèmes et de santé publique du l’UCVM.

Programme de rétablissement des orignaux en Nouvelle-Écosse

En 2003, l’orignal de l’est du Canada (Alces alces americana) en Nouvelle-Écosse fut déclaré espèce menacée par le Nova Scotia Endangered Species Act. L’habileté à évaluer les facteurs limitant potentiellement cette population est limitée par un manque d’informations, principalement au sujet de leur structure génétique, de leur santé, des prises illégales, de l’habitat adéquat et de la fragmentation de leur habitat. Le CCCSF participe activement à ce programme de rétablissement évaluant la santé des populations d’orignaux et l’impact des maladies dans le déclin de ces populations.

Autres projets

1. Évaluation de la santé des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent

2. SHV dans les Grands Lacs

3. Bisons des bois dans les TNO (Évaluation du statut des bisons des bois pour certaines maladies dans le sanctuaire de bison Mackenzie,TNO)

4. Étude sur le furet à pattes noires, Parc national des Prairies

5. Étude sur le contrôle de la peste, Parc national des Prairies

6. Syndrome du museau blanc chez les chauves-souris