List  Virus de la grippe Aviaire
Padlock  Connexion sécurisée
Padlock  Outils

Virus de la grippe aviaire

Mise en situation

En 2005, le Canada a débuté une investigation nationale inter-agences concernant les virus de l'influenza A chez des canards sauvages vivant en bonne santé. Cette enquête a été motivée en premier lieu par un début d'épidémie de grippe aviaire dans l'industrie de la volaille au Canada et ensuite par la propagation de la souche asiatique hautement pathogène H5N1, depuis l'Asie du Sud-Est vers l'Europe et l'Afrique en 2004-2005. Les objectifs de cette enquête étaient d'identifier les souches du virus de la grippe présentes au sein du réservoir des oiseaux sauvages au Canada, d'acquérir les informations nécessaires pour évaluer la bio-sécurité de l'industrie aviaire au Canada, et de surveiller les gènes viraux préoccupant pour la santé animale et humaine.

De 2006 à 2010, l'enquête sur la grippe aviaire chez les oiseaux sauvages a été poursuivie, concernant aussi bien les oiseaux vivants que les oiseaux morts. Le but de l'enquête basée sur les oiseaux trouvés morts était la vigilance pour les souches virales hautement pathogènes et une évaluation minutieuse pour savoir si la mort de ces oiseaux avait été causée ou non par les virus de l'influenza. Les objectifs de l'étude sur les oiseaux vivants étaient de surveiller la présence annuelle des virus dans les populations de canards sauvages, d'échantillonner les populations de l'Arctique à l'est du Canada pour lesquelles des espèces migratrices hivernant en Europe ou en Afrique pouvaient transporter le virus, d'échantillonner les espèces migrant de façon saisonnière en Amérique centrale et en Amérique du Sud, et d'échantillonner d'autres espèces d'oiseaux aquatiques afin de mieux comprendre les réservoirs potentiels des virus de la grippe A.

Ces enquêtes ont été couronnées de succès! Elles ont permis de clarifier l'importance des populations de canards sauvages comme réservoirs des virus de la grippe aviaire, en particulier comparativement aux autres espèces d'oiseaux. Le précurseur probable de l'épisode de grippe aviaire chez la volaille au Canada en 2004 et 2005, la souche H7N3 faiblement pathogène, a été isolée dans des populations de canards sauvages. Le 'Réseau national des Laboratoires de la grippe aviaire au Canada' a été grandement renforcé par la mise en place de cette enquête. De nouveaux programmes de communications ont été identifiés en réponse aux épisodes important d'épidémie et des protocoles ont été établis afin de pouvoir faire face à d'éventuelles nouvelles épidémies. La collaboration entre les agences responsables de la santé publique, de la santé animale et de la faune au niveau fédéral, provincial et territorial a été grandement améliorée, grâce à la planification et à la conduite d'études de terrain mais aussi grâce à l'expertise des facultés de médecine vétérinaire du pays en matière de santé de la faune. De nouvelles méthodes et de nouveaux outils de gestion des données récoltées au niveau national ont été développés, testés et améliorés. Le séquençage génétique complet de plus de 100 souches de virus de l'influenza aviaire a été établi et est actuellement analysé afin de mettre en évidence d'éventuels mouvements des souches virales à travers les continents. En partenariat avec le 'US Department of Agriculture' et le gouvernement du Mexique, le Canada participe à une collaboration tri-latérale de surveillance continentale de la grippe aviaire, visant à évaluer les risques encourus par l'industrie de la volaille concernant les virus de la grippe aviaire véhiculés par les oiseaux sauvages.